L'école et la La Récréation

L’école et la La Récréation

Parfois, la récré, consacrée à la détente, se transforme en un moment d’ennui, voire d’angoisse.

«Mon fils Karim traîne toujours des pieds pour aller à l’école et quand je lui demande, qu’est-ce qui te dérange le plus, il me répond automatiquement la récréation. Il ne s’entend pas bien avec ses camarades qui se moquent de lui.

Il reste donc tout seul. Il s’ennuie », confie Aïcha qui aimerait bien que son enfant, 6 ans, se familiarise un peu plus avec ses camarades de classe. Lorsqu’un enfant se plaint de la récréation, il faut d’abord relativiser. Si les parents attendaient ce moment avec impatience lorsqu’ils avaient l’âge de leur bambin, cela ne veut pas dire que ce dernier doit également l’adorer. Normalement, la récréation est un moment de liberté et de détente pendant lequel les enfants sont livrés à eux-mêmes pour constituer leur propre petite société.

Seuls, loin du regard de l’adulte, ils oublient toute notion de retenue et se défoulent entre eux comme ils peuvent. Cela amène bien souvent les plus forts à user de leur pouvoir sur les plus fragiles. D’autant plus qu’à cet âge, ils ne font pas bien la différence entre jouer avec un autre enfant et le bousculer, le pousser, le taper. Toutefois, il ne faut pas dramatiser la situation trop vite, parce que les tensions et les conflits qui se produisent dans la cour de récréation permettent aussi à l’enfant de grandir. En outre, la récréation est un moment particulièrement bruyant qui ne convient pas forcément à tous les enfants, selon les explications du docteur Mohcine Benyachou, psychiatre. «Je ne sais pas comment je pourrais aider ma fille. Sa maîtresse me dit qu’elle reste toujours à côté d’elle au moment de la récréation. Et lorsqu’elle l’oblige à aller jouer avec ses camarades, Asmâa commence à pleurer », raconte Loubna, la maman de Asmâa, 4 ans.

En effet, la situation devient un peu plus inquiétante quand un enfant déteste la récréation au point de la craindre. Seule une vigilance de la part des parents et le fait de parler avec l’enfant permettront de déterminer la cause de son malaise. Les parents peuvent commencer par lui dire qu’ils trouvent dommage qu’il n’aime pas les récréations. S’il répond qu’il préfère la classe, s’il n’a aucun problème avec ses camarades, qu’il arrive à se faire des amis et que ses progrès sont satisfaisants, ce n’est sans doute pas bien grave ! L’enseignant peut beaucoup aider.
Il a l’habitude de ce genre de problèmes et il a généralement une vision plus claire des risques. Il pourra dire aux parents s’il a effectivement remarqué que leur enfant est régulièrement pris à parti par tel ou tel camarade de classe ou se mettre à l’observer et les tenir au courant.

Ainsi, les parents peuvent en parler plus aisément avec l’enfant en fonction des informations fournies. Par ailleurs, ce signal permettra aussi à l’enseignant d’intervenir auprès des «méchants» enfants si la situation perdure. En revanche, il ne faut pas tenter de régler l’histoire en allant voir leurs parents afin de ne pas risquer de reproduire avec eux ce qui se passe entre les enfants. Discuter avec d’autres parents d’élèves peut être bénéfique. Parfois on a la surprise d’apprendre que d’autres enfants éprouvent les mêmes réticences parce qu’un petit groupe d’élèves les ennuie, les bouscule ou leur « vole » leur goûter, ou leurs jouets.

Il suffit dans ce cas d’alerter les représentants de parents d’élèves et le directeur de l’établissement pour qu’une solution soit trouvée. Tout en lui montrant notre soutien, il ne faut pas enfermer l’enfant dans une position de victime.
Au contraire, il faut le soutenir dans son autonomie en le poussant parfois à trouver lui-même, dans ses propres ressources, la solution de son problème.

Explication: Dr Mouhcine Benyachou • Psychiatre

«La récré peut déranger certains enfants»
Pourquoi un enfant peut-il détester le moment de la récréation ?

Il y a plusieurs facteurs. Cela peut dépendre de l’âge de l’enfant, de sa situation au sein de la classe et de l’école, de sa personnalité ou encore de sa famille parce que les symptômes des parents sont souvent ceux des enfants aussi. Au moment de la récréation, il peut y avoir des petits conflits ou des petites disputes entre les copains ou les collègues. En fin de compte, tout cela est symptomatique. Certains enfants aiment la récréation et d’autres non. Un enfant qui n’aime pas la récréation peut être «complexé» (il est obèse, il porte des lunettes ou de petite taille… ) Des facteurs qui poussent les enfants à se sentir mal au sein du groupe parce qu’ils sont mal perçus par les autres qui se moquent d’eux. De plus, la récré est un moment particulièrement bruyant, ce qui peut déranger certains enfants qui sont peut être timides.

Comment peut-on aider l’enfant à trouver sa place parmi ses camarades ?

La confiance en soi est très importante pour que l’enfant puisse trouver sa place parmi les autres. Il faut donc qu’on apprenne à nos enfants comment avoir la confiance en soi. Il faut leur positiver les choses surtout s’ils ont des complexes. Il faut également éviter les conflits entre les parents parce que cela affecte énormément la psychologie des enfants.

Comment apprendre à son enfant à se débarrasser du rôle de victime ?

En général, dans les classes, il y a des clans qui se forment et quand un enfant reste à l’écart soit parce qu’il est timide et souffre de complexes; soit parce qu’il est plus intelligent, ou au contraire il a toujours de mauvaises notes; tout ceci peut l’exposer à des moqueries ou d’insultes.
Là, c’est plutôt un problème éducatif. La solution est donc d’apprendre aux enfants les valeurs du respect, ce qui est très important. Il faut que les enfants comprennent que l’autre est aussi un être humain qui a des sentiments et qu’il faut le respecter quoiqu’il en soit.

Quand est-ce qu’on peut penser à un changement d’école ?

Lorsqu’on voit que l’enfant est vraiment mal à l’aise et que cela affecte ses résultats, il serait peut être temps de changer l’école. Les études, c’est très important et il faut tout essayer pour les réussir. Si le changement de l’école est la solution, il faut le faire.

Je suis psychiatre psychothérapeute qui offre la psychothérapie individuelle pour les enfants, les adolescents et les adultes; les couples et la thérapie familiale; orientation parent; thérapie sexuelle; le soutien de divorce; et la surveillance à d’autres professionnels de la santé mentale et des professionnels en formation.
Je pratique la psychothérapie depuis plus de 30 ans et une expérience de travail avec un large éventail de questions.

0 réponses

Répondre

Rejoignez la discussion
Votre avis nous interesse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>