lycéens d'aujourd'hui

La mentalité des lycéens d’aujourd’hui

Les années lycée sont connues pour être l’une des périodes les plus folles de la vie où insouciance se joint à immaturité. Mais de nos jours, les jeunes ados semblent  »ne pas avoir froid aux yeux », bien plus que leurs prédécesseurs.

Les couples d’adolescents ont toujours eu du mal à s’afficher en public. Rien que pour se tenir la main, ils préféraient se cacher pour se sentir à l’aise. Sauf qu’actuellement, ces derniers ne craignent plus les regards des gens. Du coup, ce n’est plus choquant de voir des jeunes filles portant des tabliers  »accrochées » à de jeunes garçons devant les lycées. Ils parlent quotidiennement avec fierté de leurs aventures sentimentales: «J’ai fait ceci avec mon mec », «je suis sorti avec ma meuf »… Bref, ils vivent le parfait amour sans complexes devant tout le monde en pleine rue. «Mais quel culot ont ces petits garnements ! Vu que j’habite devant deux lycées, je suis souvent confrontée à des situations embarrassantes en passant dans la rue. Ces lycéens d’aujourd’hui ne montrent plus aucun respect. C’est honteux ! », fustige Lhajja Fatima.
Selon Dr Mohcine Benyachou, psychiatre, ces comportements devraient sans doute être la conséquence des médias et de l’utilisation abusive d’Internet. «Les jeunes ados d’aujourd’hui sont manipulés par les différents médias. On n’a qu’à voir comment  »Facebook » influence leur mentalité et les oriente dans ce qu’il désire en générant de véritables soulèvements populaires dans le monde arabe. Avec Internet, il n’existe plus de frontières et ce qui se passe en Occident est vécu comme une véritable réalité», explique-t-il. «La plupart de nos jeunes ont perdu leurs propres valeurs culturelles et religieuses et, par conséquent, ont  »perdu leur identité », ce qui est très dangereux pour eux et pour la société. Ils ne respectent plus l’autre et donc ne respectent plus les valeurs sociales », ajoute Dr Benyachou.

Le plus choquant aujourd’hui est que non seulement les jeunes lycéens se permettent de s’afficher dans des situations plus ou moins intimes en public mais aussi certains comportements complètement déplacés et irrespectueux ont lieu à l’intérieur des établissements scolaires. «Je suis allée dernièrement attendre ma sœur au lycée et j’ai été très surprise par des femmes de ménage, qui, en sortant, étaient en train de se plaindre des comportements «suspects» d’un lycéen et une lycéenne qu’elles ont vus de leur propres yeux dans l’une des classes. Quand j’en ai parlé à ma sœur, elle m’a dit qu’effectivement, il se passait des choses incroyables dans son lycée entre les filles et les garçons. Elle m’a décrit des scènes dignes de véritable films de romance. No comment ! », raconte Meryem, la trentaine passée.
En effet, on a l’impression que le «No Limit» est le slogan de cette nouvelle génération, sans généraliser bien sûr.

Une liberté un peu exagérée qui ne plaît certainement pas à tout le monde, bien au contraire. «On voit beaucoup de choses qu’on a jamais vu avant. La liberté ne signifie pas agir comme l’autre en dépit des valeurs fondamentales et sacrées.
D’ailleurs, le sacré n’existe presque plus de nos jours. Au contraire, la transgression des valeurs culturelles et du sacré est devenu un mode de fonctionnement des jeunes et même des adultes, ce que je trouve personnellement très dangereux dans l’avenir », souligne Dr Benyachou. De son côté, Khadija Benchouikh, directrice de l’Académie du Grand Casablanca, avoue qu’aussi bien les parents que les corps enseignant et administratif sont de plus en plus outrés par des comportements inhabituels dans le milieu scolaire.

«Les règlements intérieurs de tous les établissements scolaires n’autorisent pas de tels actes et prévoient des sanctions qui ont un caractère éducatif tant que le comportement n’atteint pas le niveau de délit qui conduirait à une poursuite pénale. Cependant, l’école ne peut réussir sa mission éducative si elle n’est pas relayée dans cette mission par la famille est toute la société», indique Benchouikh. Et d’ajouter : «Il faut reconnaitre que la société civile commence à prendre conscience de cela et que beaucoup d’acteurs interviennent dans la vie scolaire afin de remédier à tous ces maux qui se sont infiltrés dans le milieu scolaire et lui ont fait perdre tous  »les codes » qui faisaient de lui un espace respecté et respectueux».

Conséquences…
Des comportements insouciants, tels que se laisser guider par ses émotions et ses envies ont sûrement des répercussions sur le parcours scolaire des jeunes lycéens. «L’avenir des jeunes dépend essentiellement de leur capacité à étudier et à réussir dans leurs études. Or, il est certain que l’impulsion sexuelle bouleverse l’équilibre de la personnalité et devient comme une véritable drogue puissante pouvant orienter l’individu en fonction des besoins sexuelles et en négligeant les études qui sont le seul élément de réussite des jeunes. C’est ainsi que beaucoup de jeunes échouent à cause de leur incapacité à progresser dans les études. L’étudiant ne peut pas ‘’assembler » amour et études», développe Dr Mohcine Benyachou.

Je suis psychiatre psychothérapeute qui offre la psychothérapie individuelle pour les enfants, les adolescents et les adultes; les couples et la thérapie familiale; orientation parent; thérapie sexuelle; le soutien de divorce; et la surveillance à d’autres professionnels de la santé mentale et des professionnels en formation.
Je pratique la psychothérapie depuis plus de 30 ans et une expérience de travail avec un large éventail de questions.

0 réponses

Répondre

Rejoignez la discussion
Votre avis nous interesse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>