Je Ne Fume Plus

Je Ne Fume Plus

J’ai commencé à fumer au moment de l’adolescence, pour faire comme tout le monde. Faisant partie d’un groupe d’ami(e)s le phénomène d’entrainement est grand : quelqu’un allume une cigarette , du coup tu en prends une aussi ; si tu n’en as pas ou plus, les copains ou copaines t’ en offrent une (car à cette époque les cigarettes n’étaient pas onéreuses). Tu fumes pour faire comme tout le monde, pour faire partie du groupe. Ensuite ça devient une habitude. Tu arrives dans le groupe et tu prends une cigarette : cela te donne une contenance. il y a toute une gestuelle, une attitude.

Il y a les cigarettes indispensables : celle que tu associes autour d’un café, d’un apéro et bien évidemment celle après les repas. Pour ma part, je fumais de façon très exceptionnelle le matin : je n’appréciais pas.
J’ai toujours eu un seuil de tolérance : si je fumais trop, je sentais très rapidement que j’avais mal à la gorge, que toute la sphère ORL était encombrée et je ne supportais cet état alors naturellement je réduisais ma consommation. Ma consommation variait de 5  à 20 cigarettes par jour .J’ai fumé pendant 10 ans. Je me suis arrêté d’un seul coup. Mon futur mari qui ne supportait pas les fumeurs . Il  tolérait péniblement que je fume, me faisait toujours des réflexions  désagréables. Un jour que j’étais en voiture avec mon futur mari, agacé par ses réflexions, j’ai voulu lui prouver que j’étais capable d’arrêter comme ça et j’ai jeté mon paquet de cigarettes par la fenêtre de la voiture. J’ai donc arrêté net sans prendre de poids, sans compenser. Ce ne fut absolument pas difficile. Je n’ai pas connu de manque, ni d’agacement, d’énervement . Ce fut facile.

J’ai repris à fumer 12 ans après au moment de mon divorce qui fut très compliqué. Un soir de grande solitude, de grande détresse et à ce moment j’étais de nouveau entourée d’amis qui fumaient je suis allée acheter un paquet de cigarettes et je me suis remise à fumer, toujours entre 5 et 10 cigarettes par jour, suivant mon état psychologique et les amis que je cotoyais. je dirais que la cigarette avait une vertue anxyogène.
J’ai refumé pendant cinq ans.
J’ai eu la chance de refaire ma vie, mon compagnon fumait également et un jour il m’a fait remarquer que je ne fumais plus… je ne m’en étais pas rendue compte. J’étais bien, heureuse et je faisais à cette époque beaucoup de sport (jogging, vélo, marche …) .

la cigarette peut être vécue de différente façon :
– la cigarette plaisir dans un moment de convivialité, de rencontre.
– la cigarette qui donne une certaine classe dans certaines soirées.
– la cigarette destressante, anxyolitique.
– la cigarette pa habitude
– la cigarette par dépendance.

Je pense pouvoir dire que je n’ai pas le profil de l’addict – je ne suis pas le profil toxico-dépendant. J’ai toujours su m’en passer quand j’étais avec des personnes qui ne fumaient pas, dans des lieux où on ne fumait pas sans être pressée de sortir pour en fumer une.

Je suis psychiatre psychothérapeute qui offre la psychothérapie individuelle pour les enfants, les adolescents et les adultes; les couples et la thérapie familiale; orientation parent; thérapie sexuelle; le soutien de divorce; et la surveillance à d’autres professionnels de la santé mentale et des professionnels en formation.
Je pratique la psychothérapie depuis plus de 30 ans et une expérience de travail avec un large éventail de questions.

0 réponses

Répondre

Rejoignez la discussion
Votre avis nous interesse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>