Langue : en Langue : de

Mécanisme de l'érection

Mécanisme de l’érection

 

 

 

-         L’érection est un mécanisme vasculo-tissulaire complexe sans contrôle neuropsychique et hormonal.

 

 

-         L’appareil reproducteur de l’homme est constitué :

 

  • des corps caverneux  qui sont au nombre de 2, disposés de part et d’autres de l’urètre et sont entourés par une même enveloppe fibreuse. Ils sont composés d’une interconnexion de fibres musculaires et nerveuse, appelées trabécules. Ces structures entourent de nombreux espaces caverneux qui se remplissent de sang,

 

  • des corps spongieux qui entourent l’urètre et précèdent les corps caverneux,

 

  • du gland,

 

  • des artères et des veines qui approvisionnent les 2 corps caverneux en sang,

 

 

-         Mécanismes vasculaires :

 

  • A l’état flacide, les cellules musculaires lisses qui constituent les parois des lacunes sont contractées. Cette vasoconstriction est responsable d’une diminution de l’apport artériel et d’une mauvaise distension des sinusoïdes qui restent vides.

 

 

Au cours de l’érection, il y a relaxation des cellules musculaires lisses. Cette vasodilatation artérielle va provoquer l’augmentation du remplissage des sinusoïdes et leur distension, ce qui provoque une augmentation de volume des corps caverneux.

 

 

Le retour sanguin veineux diminue à la suite de la compression des veinules.

 

 

La pression intracaverneuse atteint à cette phase environ 90 % de la pression artérielle  systolique. Ce phénomène nécessite que l’apport artériel soit rapide et massif.

 

 

La phase de détumescence apparaît après éjaculation, par l’activation du système nerveux sympathique contractant les cellules musculaires lisses artérielles.

La baisse du retour artériel associée à l’augmentation du retour nerveux explique le retour à l’état de détumescence.

 

 

Mécanismes neurologiques :

 

La relaxation des fibres musculaires lisses est contrôlée par les fibres nerveuses sympathiques et parasympathiques grâce à la sécrétion de neuromédiateurs :

 

  • la noradrénaline favorise la contraction des cellules musculaire lisses, s’opposant à l’érection,

 

 

  • l’acétylcholine et le VIP (Vaso active Intestinale Peptide) libérés par les terminaisons parasympathiques stimulent les cellules endothéliales qui vont libérer du monoxyde d’azote des espaces sinusoïdes.

 

 

Le monoxyde d’azote a pour effet de relâcher les cellules musculaires lisses en diminuant l’afflux intracellulaire du calcium.

 

 

Cette action du monoxyde d’azote est rendue possible par l’intermédiaire d’un second message, la GTP, qui se transforme en GMP cyclique sous l’effet du monoxyde d’azote.

 

 

Les différents types d’érection :

 

  • Les érections psychogènes : sont générées par des stimuli sensoriels tactiles, auditifs, visuels, olfactifs, gustatifs, imaginatifs ou fantasmatiques.

 

  • Les érections réflexes : sont générées par une stimulation des récepteurs sensitifs du gland ou de la peau pénienne.

Le déclenchement passe par un arc réflexe situé au niveau sacré et aboutissant à une réponse du système nerveux parasympathique.

 

  • Les érections nocturnes : survenant pendant la phase du sommeil paradoxal.

 

Toutes les actualités

0 commentaire(s)